Démarche obligatoire que tout automobiliste se doit de respecter, le contrôle technique auto diffère en fonction de la catégorie du véhicule selon qu’il soit un cing-car, un tout-terrain, un camion ou une citadine… Aujourd’hui, nous allons découvrir ce qu’il faut savoir sur le contrôle technique des voitures de moins de 3,5 tonnes.

Contrôle technique auto : de quoi s’agit-il ?

Le contrôle technique auto est un dispositif mis en place par le gouvernement pour assurer la sécurité routière, notamment pour les usagers des routes et autoroutes. En France, cette étape est devenue obligatoire depuis 1986 pour les voitures d’occasion destinées à la vente. Ce n’est qu’à partir de 1992 qu’il est rendu obligatoire pour tous les véhicules qui circulent sur le territoire français. Le dispositif vise à garantir des voitures en excellent état de fonctionnement, évitant ainsi les risques d’accident routiers. Pour une voiture neuve, le contrôle technique doit être effectué dans les deux ans qui suivent sa mise en circulation, puis tous les quatre ans.

Comment fonctionne le contrôle technique auto ?

Le contrôle technique auto ne peut être effectué que par des agents agréés par l’État. Pour ce faire, le propriétaire ou l’automobiliste doit se rendre chez un spécialiste de son choix, idéalement dans sa région de résidence pour faciliter les démarches. Une fois sur place, le contrôleur technique réalise des vérifications sur 124 points de contrôle différents. Celles-ci concernent le bon fonctionnement de toutes les pièces mécaniques, notamment le moteur, le système de freinage, l’éclairage, l’état des vitres ou encore de la carrosserie. Chaque élément de la voiture est donc passé au peigne fin pour détecter les moindres anomalies qui pourraient entraîner des accidents.

Que se passe-t-il après le contrôle technique auto ?

À l’issue du contrôle technique, le responsable des vérifications délivre une vignette à l’automobiliste. Si la voiture est en bon état, la vignette comportera la lettre « A ». A contrario, elle sera spécifiée par la lettre « S », ce qui signifie que certains éléments sont hors d’usage et nécessitent un remplacement. Le propriétaire du véhicule ne dispose que de deux mois pour effectuer les travaux de remplacement et/ou d’entretien nécessaires au risque d’être pénalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *